Comment sortir de la prison des Troubles Obsessionnels Compulsifs ?

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Troubles Obsessionnels Compulsifs. L’association américaine de psychiatrie (American Psychiatric Association), décrit le Trouble Obsessionnel Compulsif (TOC) de la façon suivante. Selon l’APA c’est donc un trouble anxieux dans lequel les personnes ont des pensées, des idées ou des sensations (obsessions) récurrentes et indésirables. Cela engendre généralement un comportement ritualisé (compulsions) ou à des pensées répétitives.

Ces comportements, tels que le lavage répété des mains, la toilette ou le nettoyage d’objets et de surfaces, peuvent interférer de manière significative avec les activités quotidiennes et les relations sociales d’une personne (Gorrindo, T., et Parekh, R., 2015).

Les symptômes des TOC (Troubles Obsessionnels Compulsifs) : comment reconnaître les TOC ?

Pour un diagnostic différentiel du TOC (Trouble Obsessionnel Compulsif), il faut qu’il y ait des obsessions et/ou des compulsions. Celles-ci prennent beaucoup de temps (plus d’une heure par jour). Elles provoquent du stress et nuisent au travail, aux relations sociales et à d’autres domaines importants.

Ces troubles apparaissent, la plupart du temps, de façon progressive.

Les facteurs de risque des TOC (Troubles Obsessionnels Compulsifs) : Quels sont les facteurs de risque ?

On ne peut pas identifier clairement les causes des Troubles Obsessionnels Compulsifs. L’apparition des symptômes de ces troubles, provient de plusieurs facteurs, qui peuvent être :

– Environnementaux : c’est-à-dure par rapport à son environnement professionnel ou financier (licenciement, difficultés financières, etc.). Mais aussi à son environnement social (emprisonnement, isolement, sans domicile, etc.). Ou encore, à son environnement familial (la disparition d’un être proche, des traumatismes familiaux, des violences conjugales, etc.)

– Santé : c’est-à-dire une maladie, un problème de santé chronique, etc.

– Individuels : c’est-à-dire des caractéristiques de la personne : difficulté d’adaptation sociale, faible estime de soi, etc.

– Biologiques : c’est-à-dire une modification de l’équilibre chimique du cerveau. <cela peut provenir de la consommation excessive de substances, d’une exposition prolongée au stress, etc.

– Héréditaires : c’est-à-dire des membres de la familles qui ont ou qui ont eu ces troubles.

– Dépendances : c’est-à-dire toutes les dépendances liées à la drogue, à l’alcool, aux jeux d’argent, etc.

Ces causes sont nombreuses. Elles peuvent également venir d’une exposition excessive aux informations en cas de pandémie comme celle par exemple du Covid 19.

Les personnes à risque des TOC (Troubles Obsessionnels Compulsifs) : qui sont les personnes à risque ?

Il n’y a pas plus de femmes que d’hommes touchés par les TOC. Le plus souvent, il apparaît au début de l’age adulte mais peut aussi être présent chez l’enfant.

Depuis le début de l’année 2020, suite à la pandémie du COVID 19, certaines personnes ont développé desTOC) sur l’hygiène. En effet ces personnes éprouvent un besoin compulsif de se laver ou de se désinfecter tout le temps les mains. Cela peut aussi être la désinfection de toutes les surfaces avec lesquelles elles sont en contact (tables, bureaux, téléphones, etc.).

Petite astuce pour les personnes qui vérifient plusieurs fois si elles ont bien éteint la lumière, coupé le gaz ou fermer la porte, etc.

Tous ces gestes sont exécutés de façon inconsciente. Ils sont répétitifs et automatiques. Il peut donc arriver que une fois sorti de chez vous, que vous vous demandiez si vous avez bien coupé le gaz ?

Si cela vous arrive souvent, l’astuce consiste à faire la chose suivante. Par exemple lorsque vous éteignez la lumière ou coupez le gaz ou fermez votre porte d’entrée, faites un geste inhabituel. Cela peut être un applaudissement, un claquer des doigts, se taper sur la cuisse, etc.). Puis en même temps, dites un mot ou une onomatopée à haute voix (Yes, whaou, bou, atchoum, etc.).

Une fois que vous serez sorti de chez vous et que vous vous demanderez si vous avez bien éteint la lumière, le fait d’avoir fait un geste inhabituel et d’y avoir associé un mot, vous fera vous en rappeler. Cette technique est incroyablement efficace.

Pour que cela ne devienne pas une habitude, et donc ne fonctionne plus, vous devez bien entendu changer de geste et de mot à chaque fois.

Les solutions faces aux TOC : Que faire si vous êtes atteint de Troubles Obsessionnels Compulsifs?

Si vous êtes atteint par ces troubles et qu’ils deviennent perturbants dans votre quotidien pour vous ou pour votre entourage, vous devez consulter un médecin afin d’avoir un diagnostic médical.

Pour les TOC sur l’hygiène, la réalité virtuelle est présentée comme un bon outil alternatif aux techniques traditionnelles utilisées dans le traitement des troubles mentaux, y compris les troubles obsessionnels compulsifs (Kim, K., 2009).

On peut également utiliser l’hypnose d’accompagnement en complément de la réalité virtuelle.

La réalité virtuelle permet de normaliser et de contrôler les paramètres des séances d’exposition. Il est également très utile pour répéter l’exposition à des situations de peur ou d’anxiété autant de fois que nécessaire, ce qui facilite la personnalisation et la flexibilité du processus thérapeutique.

Les environnements Psious de réalité virtuelle permettent d’utiliser différentes techniques d’intervention psychologique. Ces techniques sont l’exposition, la restructuration cognitive, la désensibilisation systématique, la formation aux compétences sociales, etc.

Puisque les dernières études en neurosciences nous montrent que notre cerveau agit par habitudes, la réalité virtuelle permet d’exposer la personne atteinte de ces troubles obsessionnels compulsifs de façon progressive. Cette progression s’effectue en modifiant les différents paramètres à chaque session. Ainsi cela permet d’habituer le cerveau jusqu’à la disparition des troubles.

Comment se déroule l’accompagnement pour des TOC sur l’hygiène?

Le nombre de cessions varient suivant les besoins de la personne atteinte par ces TOC. Mais ce nombre se situe en général autour de 8 sessions.

Lors de la première séance, le praticien va faire ce qu’on appelle une anamnèse. C’est un entretien avec le sujet. Le praticien peut aussi proposer de l’hypnose. Il est en effet possible d’incorporer des cessions d’hypnose lors des séances de réalité virtuelle.

Dans les sessions suivantes, le praticien va exposer le sujet avec des lunettes de réalité virtuelle. L’environnement de l’exposition sera des toilettes.

Cette exposition sera crescendo et le praticien va moduler progressivement les éléments stressants pour le sujet. L’état de propreté des toilettes, ne pas pouvoir se laver les mains après être allé aux toilettes, etc.

Le praticien évaluera à chaque session l’anxiété du sujet, et adaptera ainsi la difficulté de l’exercice.

Le praticien pourra aussi alterner les exercices de réalité virtuelle sur les TOC. Il pourra proposer des exercices sur le stress, l’anxiété, travailler la relaxation et la respiration, et également utiliser l’hypnose.

Voici les vidéos des deux protocoles utilisés avec la réalité pour les TOC sur l’hygiène :

Qui est Psious?

Psious est une entreprise espagnole, située à Barcelone. Elle a développé des protocoles d’accompagnements en réalité virtuelle pour les professionnels. Ces professionnels peuvent être des thérapeutes, des psychologues, des praticiens en hypnose, etc.

Cette entreprise connaît un sucés mondial et à également fait l ‘objet d’un article dans le célèbre magasine américain Forbes : https://www.forbes.com/sites/simonchandler/2020/07/02/meet-the-companies-using-vr-to-treat-coronavirus-related-stress-and-anxiety/#1edc79742160

J’utilise en tant que praticien en hypnose la réalité virtuelle pour mes clients, avec laquelle j’ai d’autres protocoles pour différentes problématiques tel que l’acrophobie, l’agoraphobie, l’anxiété avant les examens, l’anxiété générale, l’anxiété sociale, le bullyong (le harcèlement) à l’école, la claustrophobie, la dépression, les désordres alimentaires, les problèmes de poids, le stress, les traumatismes, la peur de parler en public, la gestion de la douleur, la peur de conduire un véhicule, la phobie de l’obscurité, la phobie des chiens, la phobie des cafards, la phobie des araignées, la peur de l’avion, la peur des aiguilles, la peur de passer une IRM, les TOC, les addictions au tabac, les addictions à l’alcool ; les addictions au cannabis, les troubles du sommeil, etc, mais aussi pour l’accompagnement sportif, le mondfulness (la pleine conscience), la relaxation, etc.

Vous pouvez également me retrouver sur ma chaîne YouTube Rénald Grabinski Hypnose

Rénald Grabinski, praticien en hypnose, EMDR, EFT, Réalité virtuelle.

www.renaldgrabinski.com

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *